Peut-être les deux semaines les plus importantes de ma vie, cinématographiquement parlant. J'en reviens avec de nouveaux questionnements, de nouvelles envies, une énergie toute neuve et débordante. Il me tarde de me remettre au travail.

Comme dit précédemment, j'ai été invité à l'université du cinéma organisée par la SACEM et la Directors et Writers' Guilde of America. Durant une semaine, dans un magnifique hôtel de Rochefort (avec ses kilomètres de pelouse propices à la conversation et à la réflexion) j'ai discuté entre autres avec Jon Amiel - mon nouveau gourou - et Brigitte Roüan qui m'ont expliqué, de la façon la plus claire et la plus simple possible, comment on fait du cinéma. On a parlé scénario, direction d'acteur, découpage, répétition, etc. Le conseil qui m'a le plus marqué ? C'est celui de Jon Amiel que je pourrais résumer ainsi : Process is more important than result. Qu'est-ce que ça veut dire ? hé hé. Vous n'aviez qu'à être là. Moi, ça a changé ma vie ; je ne ferai plus les choses de la même façon maintenant.

Ensuite, une semaine de festival du film à la Rochelle, avec Julie. Rétrospective Von Stroheim, Von Sternberg et surtout... Mike Leigh, dont m'avait parlé Jon comme d'un modèle dans le travail d'improvisation. Mike Leigh avec lequel j'ai échangé quelques mots à La Rochelle après sa MasterClass, ainsi qu'à Paris, trois jours plus tard, quand je l'ai rencontré par hasard dans la rue.

C'est drôle la vie, non ?